Le petit français d’Allemagne

Je viens de lire de la mort d’Henri Salmide à Bordeaux, France, le 23 février.

Né Heinz Stahlschmidt en Allemagne, il était sous-officier de la Kriegsmarine, stationné à Bordeaux. En 1944, il a reçu l’ordre de faire sauter les installations et les quais de la ville.

Mieux qu’obéir, il voulait éviter la destruction du port.  (J’ai lu que les ouvriers lui appellaient « le petit français; » apparemment il n’était pas le plus mauvais « boche » à Bordeaux.)   Il a fait contact avec un membre de la Résistance, qui l’a dit qu’il avait « ni hommes, ni armes » pour l’empêcher.

Tout seul, le 22 aout (quatre jours avant la date pour la destruction), Stahlschmidt est entré le blockhaus où étaient entreposé les explosifs.  Il a déclenché les amorces.

Quelques minutes plus tard, le blockhaus était détruit.  Stahlschmidt a tué presque 50 soldats allemands–mais il a sauvé presque 3,500 ouvriers et citoyens de Bordeaux.

Après la guerre, il a marié une française et est devenu citoyen français en 1947, quand il a pris le nom Henri Salmide.

En 2000, il est devenu chevalier de la Légion d’Honneur.

Photo de Sunfox (Sunny Ripert), flickr.com/people/sunfox/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *